Centre d'accès aux droits étrangers

Center for access to foreign laws

UMS 2268

Accueil >> Programme Traduction du droit >> La méthodologie Juriscope

Programme
traduction du droit

Nos coordonnées

Juriscope
Téléport 2

23, Avenue René Cassin
BP 90194
86962 Futuroscope Cedex

Téléphone : 05 49 49 67 00
Fax : 05 49 49 67 01
Email :

NOUS SITUER (voir le plan)

Les traductions

Programme OHADA

Ou et comment trouver nos ouvrages ?
Code OHADA 2016

Voir cet ouvrage


汉法双语中国商事法典

汉法双语中国商事法典

 

 


Voir cet ouvrage


Droit chinois des affaires
Droitchinoisdesaffaires_traductioncommentee
Voir cet ouvrage


Recouvrement des créances

Voir cet ouvrage


Code civil roumain
Codecivilroumain_traductioncommentee
Voir cet ouvrage


Droit de l'arbitrage

Voir cet ouvrage


Traduction du droit et Droit de la traduction

Voir cet ouvrage


Droit des sociétés commerciales et GIE
societescommercialesetGIE_Bruylant2002
Voir cet ouvrage


L'entreprise et le droit

Voir cet ouvrage


Code civil allemand

Voir cet ouvrage


Harmonisation du droit des affaires

Voir cet ouvrage


Code civil de la Fédération de Russie



Voir cet ouvrage


Droit des assurances

Voir cet ouvrage


Sûretés

Voir cet ouvrage


Droit des entreprises en difficulté

Voir cet ouvrage


Contrat de transport de marchandises par route

Voir cet ouvrage


Droit commercial général

Voir cet ouvrage


Les études de droit
comparé


La méthodologie Juriscope

Méthodologie de la traduction

 

Juriscope présente ici la méthodologie qu'il a développée, lors de ses expériences de traduction :

 

 

Juriscope intègre dans sa méthodologie une réflexion propre à la mise à jour des traductions, réflexion indispensable lorsque la traduction porte sur un texte aussi mouvant qu'un texte de loi.

 

Juriscope tient également compte des préconisations issues des rapports relatifs au programme de traduction des textes fondamentaux du droit français (rapport Belaval pour le Secrétaire Général du Gouvernement et rapport Maia pour le COEPIA).

 

 

Préalables méthodologiques :

Intervention d'un binôme de traduction - Coopération permanente et suivie

 

La méthodologie élaborée par Juriscope avait dès le départ mis l'accent sur la nécessité d'adjoindre au traducteur un expert qui garantissait la qualité de la traduction. La méthodologie distinguait clairement le rôle du traducteur et de l'expert, et ce d'autant plus naturellement que les opérations de traduction étaient réalisées, dans le cadre d'un appel d'offres, par des sociétés de traduction non spécialisées dans la traduction juridique. Initialement, les interventions de ces deux opérateurs devaient être successives et séparées.

 

Cette méthode a pu poser des difficultés. L'expérience a révélé qu'une séparation radicale des interventions n'était pas satisfaisante et que la qualité de la traduction dépendait plutôt de la coopération permanente et suivie de l'expert et du traducteur (et ce d'autant plus que les volumes à traduire sont conséquents).

 

La qualité de la traduction dépend en grande partie de l'expert, qui joue un rôle déterminant.

A ce titre, l'expert doit non seulement maîtriser la langue cible mais aussi bien connaître la matière dans chacun des systèmes juridiques (système de la langue source et système de la langue cible).
Par ailleurs, la disponibilité de l'expert et son implication dans le projet, dès l'origine de la traduction, sont essentielles.

Pour que les connaissances de l'expert nourrissent la traduction réalisée, le traducteur doit pouvoir échanger avec lui pendant tout le temps de la traduction.

Lors de la 1re phase du programme de traduction, de premiers échanges devaient avoir lieu en amont de la traduction grâce à l'extraction terminologique et à la traduction des termes ainsi traduits.

Il s'est toutefois avéré que les agences avaient des réticences à procéder à cette extraction terminologique en amont de la traduction, que la réflexion terminologique ne pouvait être séparée de l'opération de traduction et avait en réalité lieu en cours de traduction.

A défaut de collaboration entre les deux intervenants, l'opération de traduction s'expose à trois risques : reprise importante – voire quasi complète - de la traduction, trop insuffisante, par l'expert, rendant quasiment inutile la première intervention ; collaboration tardive entre les deux intervenants entraînant des retards dans la livraison de la traduction définitive ; « renonciation » de l'expert à une expertise complète ou satisfaisante au vu de l'ampleur de la tâche à accomplir.

 

 

Organisation des opérations de traduction

 

Le Maître d'œuvre

 

Le maître d'œuvre assure la coordination générale du projet, coordonne les relations entre les traducteurs et les experts et assume le contrôle de qualité final.

 

Le maître d'œuvre expose sa méthodologie et l'impose contractuellement aux experts et aux traducteurs qu'ils recrutent pour réaliser l'opération de traduction.

Le maître d'œuvre assume les opérations de pré-traduction : détermination de la masse à traduire et analyse des textes, alignement éventuel des textes déjà traduits en cas de mise à jour d'une traduction préexistante, extraction terminologique, proposition de lexiques, sélection de termes à traduire préalablement à l'opération de traduction proprement dite, sélection des traducteurs et experts, mise en place des outils de communication nécessaires au projet.

Pendant la traduction, le maître d'œuvre accompagne, anime ou modère les échanges entre traducteurs et experts. Il détermine les éléments définitivement validés et en assure la diffusion auprès de l'ensemble des intervenants (traducteurs et experts).

Le maître d'œuvre assume également les opérations de post-traduction : contrôle qualité fondé sur l'alignement des textes sources et textes cibles, récupération des mémoires de traduction et extraction terminologique (analyse par pointages), mise en forme du bilan terminologique de la traduction, réalisation du compte-rendu de l'opération de traduction.

 

Les Experts

 

Le rôle de l'expert est déterminant.

L'expert collabore avec le traducteur dès l'origine de la traduction en mettant à sa disposition ses connaissances et son expertise scientifique, notamment par la description ou l'explication des institutions juridiques de l'un ou l'autre système juridique, et notamment à l'occasion des choix terminologiques.

L'expert relit la traduction, assure le contrôle de la cohérence terminologique, détermine, après discussion avec le traducteur et le maître d'œuvre, les améliorations éventuelles à apporter.

En cas de conflit, après discussion, et à défaut de solution concertée, l'avis de l'expert prévaut sur l'avis du traducteur.

L'expert garantit la qualité de la traduction. Il s'engage scientifiquement puisque son nom est mentionné avec la traduction.

L'expert fournit la liste des termes ayant donné lieu à discussion et réflexion avec le traducteur et explicite les choix terminologiques réalisés. Un commentaire scientifique des choix terminologiques est réalisé et fourni en accompagnement de la traduction.

 

Les Traducteurs

 

Le traducteur mène les opérations de traduction proprement dites.

Il sollicite l'expert qui travaille avec lui sur le projet de traduction en tant que de besoin.

Il veille à la cohérence de la traduction et s'inspire de la terminologie fournie par le maître d'œuvre et validée par l'expert.

Il se conforme aux règles déontologiques et aux normes de qualité applicables à sa profession.

Le traducteur procède à une extraction terminologique et fournit un bilan terminologique de l'opération de mise à jour sous forme de lexique.

Les termes ayant donné lieu à discussion spécifique avec l'expert y sont identifiés aux fins d'intégration au sein du bilan terminologique et compte-rendu de l'opération de traduction.

 

 

Choix des binômes de traduction

 

Pour garantir la qualité de la traduction, la spécialisation de l'expert et/ou du traducteur est essentielle.


Le souci de fournir des traductions de qualité impose d'assurer scientifiquement la qualité de la traduction.

Celle-ci résulte notamment de la reconnaissance scientifique incontestée des experts sollicités et de leur participation active tout au long du processus de traduction.


Les traducteurs, en plus de leurs compétences linguistiques, sont sélectionnés par le maître d'œuvre à raison de :

  • leur connaissance du droit français ;
  • la connaissance des systèmes juridiques des pays pratiquant la langue cible ;
  • leur expérience attestée en matière de traduction de textes juridiques.


Comme cela a déjà été évoqué précédemment, le choix de l'expert et du traducteur tient également compte des paramètres favorisant la meilleure collaboration possible entre l'expert et le traducteur, de manière à susciter un véritable binôme de traduction.

 

 

Norme de qualité

 

La norme de qualité développée par Juriscope s'appuie sur les éléments suivants :

  • Participation du maître d'œuvre à l'évaluation quantitative et terminologique de l'opération
  • Intervention de l'expert tout au long du processus de traduction via la constitution d'un binôme de traduction
  • Choix d'experts scientifiquement et internationalement reconnus
  • Mise en place d'outils de communication permettant la collaboration au sein du binôme de traduction et entre binômes de traduction (en cas de division de l'opération en plusieurs lots), la traçabilité des échanges et des modifications grâce à un versioning, la publication de documents de référence définitivement validés communs à l'ensemble des intervenants du projet
  • Conservation des lexiques et mémoires de traduction par le maître d'œuvre
  • Remise au maître de l'ouvrage de glossaires pour les termes posant des difficultés de traduction en
  • accompagnement de la traduction
  • Bilan administratif, financier et terminologique de l'opération.